image 2o

Publicités

Nouveau convoi humanitaire, fusée Antarès et autres farces

Vu sur le blog Ukraine2014 :
convoiTandis que le 4ème (officiellement …) convoi militaro-humanitaire piaffe à la frontière russo-ukrainienne, je vous propose d’écouter cet intéressant échange entre Ilya, militaire russe de retour au pays, et Vassili, un autre militaire.

https://www.youtube.com/watch?v=HsjL2GwKq0M

Il en a bavé, le pauvre Ilya ! Cinq voyages déjà qu’il fait vers l’Ukraine.  Il raconte à son interlocuteur le dernier : cachés sous les bâches ou au volant des Kamaz des convois « humanitaires », (« Si tu savais le monde qu’on était là dedans !« ), avec armes et munitions pour ravitailler les nuisibles, lui et ses camarades ont été commotionnés quand le véhicule a été touché par des tirs.

« Ça venait d’où ? » demande Vassili.

Lire la suite

La Lituanie cible des seditions impérialistes du Kremlin ?

La Lituanie, indépendante depuis 1990, après un demi-siècle d’une sanglante occupation-colonisation soviétique (plus de 100 000 Lituaniens ont été exterminés par les soviétiques et des dizaines de milliers d’autres déportés sur une population d’alors  2 millions d’âmes), compte moins de russophones que ses deux autres sœurs baltes (6%). Néanmoins avec une frontière commune avec la colonie russe, héritée de l’Urss, de Kaliningrad, elle est elle aussi la cible de menées subversives et déstabilisatrice du Kremlin.  Depuis des mois, elle fait l’objet d’attaques en règle de la part des media russes, à tel point qu’il a été envisagé de limiter leur audience sur les ondes des foyers lituaniens.  Ajoutons  à cela l’interview de Putin à Belgrade, le 16 octobre, dénonçant un prétendu  fascisme balte, dans un contexte de passivité occidentale vis-à-vis de l’invasion de l’Est de l’Ukraine faisant suite à l’annexion de la Crimée. Les pays Baltes, bien que membres de l’UE et de l’OTAN, se sentent dangereusement projetés en quasi première ligne ? L’UE ayant déjà payé le prix de sa léthargie munichoise par les affichages d’attitudes pro russes chypriotes, bulgares et hongroises ,des revirements tchèques et slovaques, le pays baltes se demandent si la solidarité atlantique jouera bel et bien en cas d’agression ou de sédition que certains éléments annoncent . En effet, une nouvelle affaire semble accréditer une prochaine arrivée de ‘petits hommes verts’ semblables à ceux apparus en Crimée puis au Donbass

Comme le révèle la presse lituanienne, il ressort des murs facebooks et VK des élèves d’une école russe de Lituanie, l’école Sofija Kovalevskaja, que ceux-ci ont participé , comme chaque année, à un camp paramilitaire d’entraînement en Russie, la camp soyouz (union) 2014. Au moment où renaît l’irrédentisme révisionniste russe, le terme union revêt  une connotation inquiétante de mariage forcé à la soviétique. Ces enfants ont donc appris à lancer des couteaux, à démonter des kalashnikov, ont été initié aux actes de base du combattant d’infanterie, aux rudiments du corps à corps, en uniforme russe, avec une information sur les académies militaires russes. Notons que la ‘promotion 2013 du camp soyouz, s’était déroulée à Odessa dans l’Ukraine du pantin Yanoukovitch, tout un symbole. Autre symbole et non des moindres, c’était alors le professeur ….de maths Vitalij Kuzborski qui avait conduit ses élèves dans ce ‘camp d’été’, beau joueur de flûte de Hamelin que voici….

lit 1

Jeune russophone de Lituanie entraîné en Russie…..

lit 3

ses camarades de classes s’entrainant au lancer de couteau

lit 2

le jury du camp d’été….trognes brejnéviennes garanties

Ainsi, la Lituanie comprend qu’elle a tout intérêt à relever sans délai son niveau de sécurité, c’est à l’honneur de sa courageuse Présidente, Dalia GrybauskaItè, d’avoir initié les mesures salutaires suivantes. L’armée de terre Lituanienne comprend 3 500 personnels (sur 8 000 soldats des 3 armes) d’active et 4000 réservistes. Il a donc été décidé de créer parmi les unités  d’actives une force de réaction rapide de 1 500 hommes projetable  en quelques heures en tout point du territoire. Cette annonce est consécutive  à celle de doubler le budget de la défense pour atteindre 2% du PIB.

colline des croix lituanie-1

Colline des croix, monument populaire aux victimes de la colonisation soviétique en Lituanie

@France Ukraine Solidarité

Après l’Ukraine la Lettonie ?

Les élections législatives lettonnes de samedi dernier ont vu le parti pro russe Harmonie (allié officielle du parti de Poutine) arriver en tête des élections législative avec 23% des voix (contre 28 il y a quelques années donc il convient de relativiser…) et ce au moment même où Poutine, fort de son impunité en Ukraine, menaçait les Pays Baltes et clamait son intention de suivre de très près les droits des Baltes d’origine russe auxquels il accorde par ailleurs massivement des passeports russes (scénario déjà vu en Georogie , hélas).

Lettons défendant uKriane

Lettons manifestant leur soutien à l’Ukraine

Lire la suite

Epuration-lustration….ou un second Maïdan ?

 Hier, le 3 octobre dernier, en remerciement de leur sanglante soumission à Moscou les pantins Ianoukovicth, Azarov (‘son’ Premier ministre) et le procureur général Pshonka étaient naturalisés russes….quel formidable preuve tant de leur allégeance  étrangère que de la légitimité de la révolution du Maïdan.

 Dès février dernier, la révolution n’avait pas fini de pleurer ses martyrs que les appels à l’épuration (la lustration) se faisaient entendre pour définitivement asseoir l’indépendance ukrainienne. Rappelons qu’à cet instant, terrible aveu également, les Berkouts qui en faisaient la demande étaient naturalisés ‘russes’. Oui terrible aveu, ils avaient leur passeport pour prix de leur trahison sanglante en ayant tiré sur le peuple pour maintenir un régime fantoche à la solde de l’étrangers dont ils n’étaient rien d’autres que les putains macabres.

Lustration progressive

Sans risquer de désorganiser l’appareil militaire et administratif en temps de guerre, et de se heurter à trop fort parti un certain nombre de mesures conservatoires, transitoires et progressives doivent d’ores et déjà être envisagées pendant le temps de répit du cessez-le-feu.

Lire la suite

Persécutions des Catholiques par les séparatistes

« Trois hommes de l’armée de la Nouvelle Russie sont sortis d’une voiture située à côté de la mienne. J’ai tout de suite réalisé que c’est moi qu’ils voulaient. Ils m’ont obligé à monter dans leur voiture, puis ils m’ont endormi avec une éponge imbibée de chloroforme. » Père Sergueï.

Les partisans impérialistes de la Novorossia sont un répugnant mélange de créatures – et de nostalgiques – du pire des mondes (l’URSS) et de chauvinisme (pas de nationalisme mais de chauvinisme). Il n’est donc pas étonnant que partout où ils sont parvenus à abolir la légitime souveraineté ukrainienne ils aient eu pour obsession de s’en prendre à ce qui représentait le plus haut crime « d’UkraInité », de lèse-URSS. Renouant avec les pratiques d’exception et les lois sur les suspects ils ont partout arrêté et intimidés en premier lieu les catholiques ukrainiens puis les orthodoxes fidèles au patriarche de Kiev.

Ainsi dès le début du coup de force en Crimée, les catholiques sont aussitôt ciblés. Le 15 mars 2014, les milices séparatistes ont arrêté le père Mykola Kvitch de Sébastopol avant de le relâcher après interrogatoire.

L’occupation du Donbass verra se répéter et s’amplifier de telles pratiques, avec hélas des fins moins heureuses.

Victims_of_Soviet_NKVD_in_Lvov,_June_1941
Ils n’ont pas changé…..les mêmes méthodes

Dès le 28 mai, le père Pawel Witek, Polonais, était enlevé à Donestk, il sera libéré peu après. L’infortuné prêtre ukrainien, le père Tikhon, 43 ans, enlevé le 3 juillet 2014 par les miliciens du Donbass, n’aura pas cette chance. Nous sommes sans nouvelles de lui …. Seigneur prends pitié.

Ces territoires sont proclamés russes ou nouveau-russes par l’occupant, or en Russie l’église catholique ukrainienne ne jouit d’aucun statut… elle n’existe pas.

« Je pense que mes ravisseurs me surveillaient déjà depuis un certain temps, parce qu’ils avaient beaucoup d’informations sur moi et sur mes paroissiens. » Le Père Sergueï, l’un des trois prêtres enlevés en Ukraine entre juillet et août, raconte à l’Aide à l’Église en Détresse ses douze jours de captivité.
Ce prêtre gréco-catholique, membre de l’Exarchat archiépiscopal catholique ukrainien de Donetsk, a été enlevé à la fin du mois de juillet, alors qu’il conduisait sa voiture. « Trois hommes de l’armée de la Nouvelle Russie sont sortis d’une voiture située à côté de la mienne. J’ai tout de suite réalisé que c’est moi qu’ils voulaient. Ils m’ont obligé à monter dans leur voiture, puis ils m’ont endormi avec une éponge imbibée de chloroforme. » Le Père Sergueï a été séquestré et interrogé pendant 12 jours, avec des menaces de mort et simulations d’exécution, privé d’une insuline dont il avait besoin et qu’il réclamait.

Don Victor, prêtre catholique du diocèse de Kharkiv-Zaporijia, a été enlevé dans des circonstances similaires. « Quelques hommes de l’armée de la Nouvelle Russie m’ont arrêté à un poste de contrôle – raconte-t-il à l’AED. Après avoir vu mes papiers, ils m’ont demandé de les suivre pour un bref examen, mais je n’ai été libéré que onze jours plus tard ». Il a lui aussi subi plusieurs interrogatoires et ses ravisseurs lui ont fait croire plus d’une fois qu’il allait être fusillé.

Lire la suite